Brève Historique des Baha'is en Picardie
 

Photo dans l'atelier d'Edwin Scott avec Shoghi Effendi (Paris en 1920)

La 1er mention dans la Presse francais de la proclamation du Bâb. C'est le journal' le Presse' du 1déc 1845 lien

et du 'la gazette de France' du 2 déc 1845 lien
Traduction de Gobineau de la Lettre reçue de Baha'ullah
1ere publication du journal baha'i 1948

Journal parisien décrivant l'action futur d'Abdu'l-Baha en Orient.

1ere publication d'ouvrages baha'is 1904

la Picardie (1844-1900)

 

Arthur de Gobineau (1816-1882)

La premier lien avec cette foi religieuse et la Picardie arrive par l'intermédiaire d'Arthur de Gobineau (1816-1882), qui était à la fois diplomate et écrivain français. Considéré avant tout par les historiens contemporains comme le Père du racisme suite a son livre "Essai sur l'Inégalité des Races Humaines" (1853-1855).

En 1857, la femme d'Arthur de Gobineau achète dans l'Oise , une demeure famillale appelée"Château de Trie" devenue l'actuel mairie de Trie-Château , ou il garda cette propriété plus de 20 ans (1857-1878) et y composa plusieurs de ses œuvres, notamment : Trois ans en Asie ; lecture des textes cunéiformes ; voyages à Terre-Neuve ; les Religions et les Philosophies de l'Asie centrale ; l'Histoire de Perses. et aussi devint pendant cette periode , maire de Trye-le-Château et conseiller général de l'Oise.

Son lien avec la foi baha'i :

En tant que diplomate français, Arthur de Gobineau , premier secrétaire et chargé d'affaires de la légation de France à Téhéran (1855-1857), puis ministre plénipotentiaire (1862- 1863). , il témoingna de la naissance du mouvement babi et de sa persécution. Ainsi, il va rapporter ces informations en France dans son livre " Les Religions et les Philosophies dans l'Asie Centrale" qui sera publié à plusieurs reprises ( la première fois étant en août 1865 à Paris et aussi en 1900, ) et cela amènera dans son sillage l'érudit A.L.M. Nicolas, le professeur Edouard Browne de Cambridge, le dictionnaire Larousse et d'autres qui vont s'intéresser de plus près a cette foi religieuse.

Son contact avec le fondateur de la foi baha'i lors de sa Proclamation aux dirigeants du monde :

A partir de 1867, Baha'u'llah, qui est alors un prisonnier religieux exilé à Andrinople (Empire Ottoman), va adresser des messages écrits aux dirigeants les plus éminents de son temps, parmi lesquels le Shâh de Perse, le Tsar de Russie Alexandre II, la Reine Victoria, l'Empereur Guillaume Ier et Napoléon III, etc... Dans ses Epîtres, indépendamment de sa propre Révélation divine, il exhorte les puissants de ce monde à construire un monde dénué de toute violence, à limiter leurs armements et à réaliser une paix mondiale généralisée et durable.


Le Comté Arthur Gobineau fût chargé par Baha'u'llah de remettre la première Epître à Napoléon III, et la réception de la confirmation par Baha'u'llah de son accomplissement fût le 4 janvier 1869.

Nous le savons par la publication du livre « Quellen und Untersuchungen zum leben Gobineaus… » en 1914 de l'allemand Ludwig Scheman (1852-1938) publié à Strassburg durant la période allemande.

Dans ce livre, il est mentionné des échanges par lettres entre Arthur de Gobineau et Baha'u'llah, le fondateur de la Foi baha'i. Ainsi, - Baha'u'llah, écrit Sheyck Mirza Housseyn Aly par Gobineau, est nommé "le Bab"car dans son esprit, la formule des royalistes " Le roi est mort, vive la nouveau roi", fait partie de sa croyance concernant Baha'u'llah qu'il voit comme le successeur du Bab (Précurseur de la Foi baha'i).


Concernant la deuxième Epître adressé à Napoléon III, il semble qu'il ne fut pas informé de son existence, car peu de temps après, il fut envoyé comme diplomate au Brésil et pendant le voyage qui l'emmène au Brésil se souvenant de cette correspondance a écrit " Ah ! si j'avais aussi quelque musulman qui s'occupât de moi. J'ai le Bâb (1), c'est beaucoup. "écrit le 7 mars 1869 dans l'escale du bateau pour le Brésil.


Pour l'anecdote, quand il fut devant l'empereur du Brésil Dom Pedro II pour représenter la France avec ses lettres de créances, il rapporta à sa femme reste dans la ville de Trye-Château (Oise), et que l'empereur le questionna sur cette religion « … à propos, je veux vous parler de votre livre sur les religions de l'Asie dont Renan a rendu compte à la société Asiatique.. » 28 mars 1869 (Extrait de la lettre).

 

 

 

Valentin Vaucamps- photo de 1913 en couleur sur Abdu'l-Baha

la Picardie (1900-1914)

Jeanne Beauchamp (1877-19....)

Actuellement, sur Madame J. Beauchamp, Nom civil : Caridroit (Marie-Irma-Stéphanie) nous avons peu d'informations la concernant, mais nous connaissons son lien avec la ville d'Amiens, par l'adresse qu'elle donne concernant l'abonnement à son journal spiritualiste mensuel "L'Alliance Spiritualiste" et l'annonce des conférences publiques dans cette ville picarde.

Mme Jeanne Beauchamp était présidente de l'Alliance Spiritualiste, mouvement qui tentait de faire une fédération universelle des écoles spiritualistes autonomes, qu'elle avait fondée en février 1910, et vice présidente régionale de l'Alliance Scientifique Universelle à Amiens. Malheureusement ces deux associations ont sombré dans la grande tourmente de 1914-1918. Il reste son journal " l'Alliance Spiritualiste " de cette époque.

Nous lui devons l'initiative, lors du passage d'Abdu'l-Baha à Paris, l'apôtre de l'unité du genre humain, et cela après une vie d'emprisonnement de plus de 40 ans, de deux conférences publiques avec des journalistes et du public français en 1911 et 1913

En 1937, Jeanne Beauchamp, publie "La revue des temps nouveaux" où elle fait une sorte de bilan de son action spiritualiste passé. doublé d'une envie de redynamiser les mouvements spiritualistes du moment. 

   
Depliant-brochure baha'is de 1905

1ere publication du journal baha'i de Marseille janvier 1953

Lettres de Shoghi Effendi aux baha'is de France

 

la Picardie (1900-1914)

Philéas Lebesgue (1869-1958) Ecrivain - Poéte et Paysan

 

La revue  " Mercure de France" , fit souvent mention du message religieux baha'i au début du 20ème siècle, et parmi les rédacteurs, on retrouve l'isarien et écrivain Philéas Lebesgue de 1896 à 1941

Ainsi, le Mercure de France  du  Novembre-décembre 1905  où la premier page fut dédiée au voyage en Palestine de Sébastien Voirol ( pseudonyme de Gustav Henryk Lundqvist) à Saint Jean d'Acre où il rencontra. d'Abdu'-Baha. Dans cette même publication, Philéas Lebesgue écrivit un article sur le poète portugais Guerra Junqueiro  page 66.

Quelques amis de l'écrivain philéas Lebesque le définissaient comme un homme vraiment extraordinaire qui parlait toutes les langues du monde.

 

   

Inondation de Paris 1910

Contributions financières des Parisiens et aussi des baha'is de Paris

"le Figaro" du 2 février 1910

"le Temps" du 30 janvier 1910

la Picardie (1900-1914)

L'Esperanto, une langue auxiliaire internationale en Picardie au début du 20ème siècle.

L'adoption d'une langue auxiliaire internationale fait partie des principes baha'is. Elle est destinée à servir d'outil de communication pour les membres de toute l'humanité.  

 

En ce début du 20ème siècle, différentes villes de Picardie initient l'apprentissage de l'espéranto. Cette langue qui a était construite et créée en 1887 par le juif polonais Ludwik Lejzer Zamenhof (1859-1917). Des groupes espérantistes s'enthousiasment pour cette idée à Beauvais répresente par M. Demarcy, aussi Amiens (où Jules Verne devient un fervent adepte vers la fin de sa vie), Château Thierry etc. 
Ainsi, les Espérantistes sont réceptifs et partagent en commun avec les baha'is, l'idée d'une langue internationale et cela en plus de leur langue maternelle. 

Par exemple, lors du séjour d'Abdu'l-Baha à Paris,en 1911 et 1913, les espérantistes  mentionnent et publient des textes  dans leurs presses respectives  sur les principes de la foi baha'ie. Un exemple se trouve dans  "la Revuo"  de mai 1913 N° 9.

 

   

1901- Groupe baha'is de Paris

Action sociale du couple Ponsonaille (croyant baha'is) avec le Pasteur S.H. Anderson
Baha'is de Paris 1953
Centenaire des baha'is de France en 1998

la Picardie (1918-2000)

Recueil de Laura Dreyfus Barney de 1908
Laura Clifford Barney

 

Laura Dreyfus-Barney (1879-1974), bahá'íe d'origine américaine active et ayant joué un rôle très important dans la promotion de cette foi, et qui a accepté la foi baha'ie à Paris vers 1900 . Elle a fait un certain nombre de visites prolongées à Akká (ou Saint-Jean-d'Acre), en posant des questions à d'Abdu'l -Bahá, et cela aboutira au livre " Les Leçons de Saint-Jean-d'Acre".

Ainsi, elle aura souvent l'occasion de promouvoir ce livre en France.

Voici une lettre qu'elle avait adressé à Shoghi Effendi, Gardien de la foi baha'ie, où elle y fait mention de son action à Beauvais.

D'autre part, je viens de faire faire une large distribution des exemplaires qui restaient de la 2ème édition des "Leçons de St-Jean-D'Acre" dans les bibliothèques des différentes préfectures de France. Toujours d'accord avec l'Assemblée Spirituelle de Paris, j'ai fait envoyer par les "Presses Universitaires de Paris" une centaine de volumes de la troisième édition des "Leçons" en France et à l'étranger. Parmi de nombreuses réponses, il est frappant de voir l'intérêt porté par le deputé-maire de la ville d'Oran, par le bibliothécaire de la régence de Tunisie et par celui du Gouvernent général de l‘Algérie. Egalement par les bibliothèques Universitaires de Nancy, Strasbourg, etc... et par les bibliothèques municipales de Beauvais, Gap, St Etienne, Valence etc…( Extrait de la lettre du 20 juillet 1954) 

Ferdous Sabeti (à l'extrême gauche ) - partir de perse à l'âge de 14 ans, étudia dans le pensionnat d'Annecy et de Beauvais. Cette photo a été prise au Lycée Jeanne-Hachette à Beauvais, en 1932

 

 

   
   
  Présence des baha'is en Picardie et actuellement dans les villes de - Beauvais (Oise)- Amiens (Somme)- Saint-Quentin (Aisne). etc...